Monica Lovas

Le 4 février est la journée mondiale contre le cancer. Pour certains d’entre nous, cette journée prend une importance particulière. Monica Lovas nous raconte ici son histoire. 

Aucun professionnel de la santé ne souhaite voir un corps étranger sur la radiographie de son usager, surtout lorsque l’usager en question est un proche.

Monica Lovas et sa sœur ont grandi dans une famille attentionnée et unie dans la région d’Ottawa. Leurs parents ont émigré de la Hongrie dans les années 1950 afin de poursuivre leur vie ici et d’offrir à leurs filles un meilleur avenir. « Nous prenions toujours soin les uns des autres », indique Monica.

En 2002, ayant obtenu un diplôme de la meilleure université de chiropractie d’Atlanta, en Georgia, Monica est revenue dans la région d’Ottawa pour ouvrir sa propre clinique privée. Au début, c’était difficile, comme pour n’importe quelle nouvelle entreprise, mais elle était débordante d’enthousiasme et les longues journées de travail ne l’effrayaient pas. Sa famille s’est montrée solidaire, comme toujours, et son père, Las, est même devenu l’un de ses usagers.

« L’une des choses les plus agréables d’être chiropraticienne, c’est l’interaction avec mes usagers. Les écouter, comprendre leurs préoccupations ou leurs problèmes de santé. »

Puis, un jour, tout a basculé.

Las Lovas avec sa fille Monica

Monica examinait la radiographie de son père lorsqu’elle a remarqué quelque chose sur son poumon. Comme elle ne savait pas ce que c’était exactement, elle a demandé un deuxième avis et a fait passer à son père une batterie de tests qui allaient éventuellement mener au diagnostic accablant : un adénocarcinome, soit un cancer qui touche habituellement l’intestin et qui, dans ce cas, a entrainé la formation de métastases aux poumons.

Le père de Monica, un homme physiquement actif, non-fumeur et au début de la soixantaine, a alors appris qu’il n’avait que trois mois à vivre.

« Ta vie est chamboulée. J’ai pris une décision très difficile, celle de cesser de pratiquer et de m’occuper de ma mère et de mon père à temps plein », mentionne-t-elle.

Il a commencé la chimio, mais les choses ont empiré. Le père de Monica avait de la difficulté à respirer et sa plèvre viscérale  se remplissait tranquillement de liquide. « Il se promenait avec une bombonne d’oxygène et des masques, et il avait dans le dos quelque chose ressemblant à un tube pour drainer le liquide de ses poumons deux fois par jour. »

La famille a tout tenté, y compris un traitement pharmacologique clinique qui lui rendait la peau verte en raison de la chlorophylle. Les médecins les ont avertis de cet étrange effet secondaire, mais à ce stade, « il faut simplement ravaler sa fierté et ne pas se préoccuper de ce qu’on a l’air », selon Monica.

Le père de Monica a éventuellement dû cesser le traitement. Et, au fil des mois, la famille s’est serré les coudes afin de lui offrir autant d’amour et de soutien que possible. « Nous avons fait tout ce que nous avons pu pour rendre sa vie aussi agréable et belle que possible. »

Le père de Monica est décédé dans ses bras trois ans après le diagnostic.

« Puis, il y a eu un autre tournant dans ma vie. J’ai décidé de ne pas reprendre la pratique et de me lancer dans la recherche sous forme d’essais cliniques. Car lorsqu’on vit un événement de la sorte, un événement qui change votre vie, un cas de maladie dans la famille, on réfléchit aussi à propos de soi-même. On est enclin à prendre des décisions très calculées et éclairées et à penser que, peut-être, on ne fait pas la bonne chose dans la vie et qu’on devrait emprunter un autre parcours. Et c’est ce que j’ai fait. »

Monica est devenue chercheuse clinique et a travaillé dans ce domaine pendant quelques années avant de se joindre à Agrément Canada et à l’Organisation de normes en santé. « Je voulais travailler pour une organisation qui soutient ma propre philosophie, celle de tenter d’apporter un changement dans la vie d’autres personnes. »

Pour obtenir plus de renseignements à propos de la Journée mondiale contre le cancer, consultez le site https://www.worldcancerday.org/fr.