Profil de membre d’un comité technique : Gilles Vienneau, directeur, Société Santé et Mieux-être en français du N.-B., programme de reconnaissance de la SSF

Lecture supplémentaire: Hausser la barre en matière de diversité linguistique dans les soins et les services de santé

 

Gilles Vienneau est passionné par les droits linguistiques et les soins de santé. Son travail à titre de directeur de la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick lui permet de combiner ses deux passions.

« J’ai été impliqué dans le travail social et dans différents aspects de la santé tout au long de ma carrière », raconte-t-il. « De nombreuses occasions se sont même chevauchées. »

Après avoir œuvré dans plusieurs régions du pays, d’Ottawa à la Colombie-Britannique en passant par le Yukon, Vienneau a consacré les six dernières années à s’assurer que les francophones du Nouveau-Brunswick ont le même accès aux soins de santé et aux services sociaux que les autres résidents de la province.

Pour y arriver, en collaborant avec l’Organisation de normes en santé (HSO) et Agrément Canada (AC), il a créé le programme de reconnaissance de la SSF. L’acronyme signifie « Société Santé en français », soit des services de santé en français. Deux établissements, l’un en Ontario et l’autre au Yukon, sont en train de le tester.

« Être servi dans la langue officielle de son choix est un droit prévu par la loi », explique M. Vienneau, « mais cela ne signifie pas que ce choix est offert partout. Comme nous l’avons appris, la langue peut constituer un obstacle ou encore un élément indispensable. À certains endroits, le niveau de langue aura une incidence négative sur la qualité des soins reçus ».

Le fait d’être dans le comité technique du programme de reconnaissance de la SSF a aidé M. Vienneau à explorer les droits linguistiques dans plusieurs régions. Or, ils varient énormément d’une province à l’autre. « J’espère que la reconnaissance deviendra obligatoire », affirme-t-il. « Une loi, pas seulement une suggestion. Il n’y a rien comme une norme pour évaluer si vous répondez ou non aux exigences. »

Se décrivant comme un éternel étudiant, Vienneau a apprécié son expérience au sein du comité technique. « J’avais l’impression de suivre près de la moitié d’un cours universitaire chaque fois qu’on se rencontrait! Tout ce monde est si humble, mais si intelligent et compétent en même temps. HSO recrutait également à l’échelle internationale et comptait des membres du pays de Galles et de l’Espagne, où la question linguistique est aussi d’actualité. Il s’agit d’une expérience d’apprentissage très intéressante. »

Quand on lui demande pourquoi les professionnels de la santé devraient considérer se joindre à un comité technique, il répond que HSO reconnaît l’importance de ses représentants. « Nous sommes pleinement reconnus et notre rôle est respecté dans l’équation. Comme professionnels, nous nous sentons entendus, traités comme des égaux, et nous savons que nous faisons une différence. »

 

Voulez-vous faire une différence et contribuer à façonner l’avenir des services de santé et des services sociaux au Canada et dans le monde entier?

Si vous possédez une expérience significative en matière de services de santé ou de services sociaux, vous pourriez peut-être vous joindre à l’un des comités techniques de HSO. Apprenez-en plus sur les comités techniques et sur la façon de poser votre candidature.