L’Institut pour la sécurité des médicaments aux patients du Canada (ISMP Canada), l’Organisation de normes en santé (HSO), et l’Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) travaillent ensemble pour appuyer la Loi de Vanessa, une initiative de Santé Canada qui exige que certains établissements de soins de santé du Canada identifient et signalent des réactions indésirables à un médicament (RIM) graves et des incidents relatifs aux instruments médicaux (IIM).

Chaque année, des millions de Canadiens utilisent des services de santé et des médicaments. La Loi de Vanessa vise à assurer que ces services et médicaments demeurent sécuritaires en exigeant que les établissements de soins de santé déclarent les RIM graves et les IIM, ce qui permettra à Santé Canada de prendre des mesures ponctuelles et appropriées lorsqu’un risque grave pour la santé devient apparent.

La Loi visant à protéger les Canadiens contre les drogues dangereuses – nommée Loi de Vanessa en l’honneur de la défunte fille de Terence Young (anciennement député conservateur) – modifie la Loi sur les aliments et drogues et renforce la réglementation des produits thérapeutiques, incluant les médicaments d’ordonnance et en vente libre, les vaccins, thérapies géniques, cellules, tissus et organes, ainsi que les instruments médicaux.

En 2016, une personne âgée canadienne sur 143 a été hospitalisée en raison d’effets préjudiciables liés aux médicaments1.

Trois organismes – l’ISMP Canada, HSO et l’ICSP – se sont réunis pour appuyer la Loi de Vanessa en créant des ressources éducatives et des activités de sensibilisation pour aider les établissements de santé partout au Canada à identifier et à déclarer les RIM et IIM. Le projet est financé par Santé Canada.

Carolyn Hoffman, présidente et chef de la direction de l’ISMP Canada, considère que ce travail est une priorité clé. Elle explique que « le partenariat de coentreprise exploite les forces de nos organismes, en collaboration avec Santé Canada, pour aider les provinces et les territoires, les hôpitaux et les fournisseurs de soins de santé à préparer la mise en œuvre des exigences obligatoires en matière de déclaration de la Loi de Vanessa. Les patients et membres de leur famille qui y participent sont des partenaires intégraux dans ce projet visant à augmenter le nombre de déclarations liées aux RIM et IIM. »

« Nous sommes extrêmement fiers de collaborer avec Santé Canada, en partenariat avec l’ISMP et l’ICSP, en vue de combler de graves lacunes dans les déclarations sur la sécurité dans les hôpitaux », explique Leslee Thompson, PDG de HSO. « Les activités d’éducation et de sensibilisation qui découlent de ce travail feront beaucoup pour améliorer la sécurité des Canadiens. HSO est impatient de collaborer avec les patients, les fournisseurs et les décideurs pour faire progresser notre objectif commun de réaliser des améliorations considérables et mesurables qui honorent l’héritage de Vanessa et de sa famille. »

« La Loi de Vanessa est essentielle pour les systèmes de santé du Canada », affirme Chris Power, DG de l’Institut canadien pour la sécurité des patients. « On ne peut améliorer ce qui n’est pas mesuré. Ces nouvelles exigences en matière de déclaration contribueront à améliorer la sécurité des médicaments et des instruments médicaux. Tout le monde au Canada mérite des soins de santé sécuritaires. »

Pour en savoir plus sur la Loi de Vanessa, consultez le site de Santé Canada.

À propos des organismes

  • L’ISMP Canada est un organisme national indépendant à but non lucratif engagé à la promotion de l’utilisation sécuritaire des médicaments dans tous les milieux de soins de santé. Les mandats de l’ISMP Canada comprend le rôle national de recueillir et d’analyser les déclarations d’incidents/accidents liés à l’utilisation des médicaments, de formuler des recommandations pour prévenir les accidents préjudiciables liés à la médication et de favoriser des stratégies d’amélioration de la qualité.
  • HSO développe des normes, des programmes d’évaluation et des méthodologies permettant à des prestataires de services sociaux et de soins de santé à travers le monde d’améliorer la qualité des soins tout en restant axés sur ce qu’ils font de mieux : sauver et améliorer des vies.
  • L’ICSP est le seul organisme national qui se consacre exclusivement à la réduction des préjudices évitables et à l’amélioration de la sécurité du système de santé canadien. La nouvelle stratégie audacieuse de l’ICSP, « La sécurité des patients, maintenant! », vise à réduire les erreurs de médication au Canada de 50 % au cours des cinq prochaines années.

Institut canadien d’information sur la santé. Utilisation des médicaments chez les personnes âgées au Canada, 2016. Ottawa, ON: ICIS; 2018.